le magazine du Sénégal dans le monde

’Ces immigrés qui ont fait la France’

  Enregistrer au format PDF  envoyer l'article par mail title=    Date de publication : mercredi 30 juillet 2008
Coauteur du livre ’Ces immigrés qui ont fait la France’, Liesel Schieffer, revient sur le choix des 21 personnalités dépeintes dans son livre et la symbolique qu’elles pourraient représenter. Si elle reconnaît un certain optimisme, elle affirme cependant que les portraits du livre ne sont trop idéalisés, et que les personnages seront non pas l’arbre qui cache la forêt, mais inciterons à la découverte

mercredi 23 avril 2008 - grioo.com

Le Titre de cet ouvrage : «  Ces immigrés qui ont fait la France  » pourrait faire bondir bon nombre de nos concitoyens français. La tendance est il est vrai beaucoup plus à la chasse à l’immigré qu’à sa célébration. Des immigrés auraient donc aidé à la construction, au fur et à mesure du temps de la France ?

Bien évidemment. C’est ce que montrent ici les deux auteurs à travers une série de 21 portraits de grandes figures, allant des plus connus comme Napoléon Bonaparte et Joséphine Baker aux noms tombés dans un certain oubli comme John Law ou encore le Général Yussuf. Riche d’une iconographie impressionnante, le livre expose page après page le parcours de ces immigrés et les actes, pensées qui ont fait d’eux des êtres exceptionnels.

On apprend ainsi que le premier duc de Normandie au moyen âge, Rollon était d’origine norvégienne, Catherine de Médicis et le Cardinal Mazarin italiens, Jacques Necker un suisse, la comptesse de Ségur, Russe, Gambetta originaire de Gênes, Pierre Sarvognan de Brazza, l’un des plus grands explorateurs français qui a laissé son nom à la capitale du Congo (Brazzaville), était d’origine italienne. D’autre comme Marie Curie, d’origine polonaise, Joséphine Baker d’origine américaine, Romain Gary, le dernier portrait, d’origine lituanienne, figurent aussi parmi ces grands noms. Malgré des détours historiques très brefs sur l’histoire de l’immigration en général, ce livre est aussi l’occasion de découvrir de très belles phrases et photos, qui rendent la lecture très agréable.

"Je n’ai pas une seule goûte de sang français, mais la France coule dans mes veines." Romain Gary . "Pour gouverner les français, il faut des paroles violentes et des actes modérés." Gambetta "Aucune nation, aucune religion ne peut avoir l’orgueil de se poser comme le modèle type de progrès" Ismaël Urbain.

Hommes d’Etat, scientifiques, artistes, militaires tous «  ont œuvré au rayonnement de la France ». Et ne nous trompons pas, c’est bien là le fil conducteur du livre, si bien que l’on pourrait reprocher aux auteurs une certaine subjectivité qui tend à orienter le lecteur vers une idéalisation complète des personnages. C’est notamment le cas pour le portrait de Félix Eboué, (premier gouverneur noir de l’empire colonial) ou encore le Bachaga Boualam (un chef harki au service de la France). Bien des lectures peuvent être faites sur la plupart de ces différents personnages, et seraient nécessaires afin de tendre vers des portraits les plus complets et objectifs possibles.

On peut aussi regretter que plus de perspectives d’avenir ne soient pas proposées et que toute une partie des problématiques de l’immigration ne soient pas abordés. Les auteurs affirment en conclusion que "Le creuset français a jusqu’à présent relativement bien fonctionné et continue de le faire." Si cette affirmation peut en laisser sceptique plus d’un, Liesel Schieffer, co-auteur du livre, affirme être optimiste et pense que cela ne relève pas de l’utopie. Elle a répondu à nos questions. (Voir ci-dessous son interview).

Liesel Schieffer  : "j’espère ne pas être seulement guidée par l’utopie"

Vous venez de publier le livre "Ces immigrés qui ont fait la France". Comment avez-vous choisi les 21 personnalités (on va de Napoléon à Marie-Curie en passant Joséphine Baker...) venues d’ailleurs et qui ont marqué l’histoire de France ?

C’est mon co-auteur, Dimitri Casali, historien de formation comme moi-même, qui est à l’origine de ce projet. Vous n’aurez pas manqué de remarquer en observant nos noms que Dimitri est d’origine italienne et moi allemande... Beau clin d’œil à notre sujet ! Dimitri souhaitait mettre en valeur quelques personnalités d’origine étrangère qui, tout au long de l’histoire de France, puisque nous commençons avec Rollon, le pirate norvégien du 9ème siècle jusqu’à Romain Gary, l’écrivain du XXème siècle, ont participé à la construction et au rayonnement du pays, par une action politique, culturelle, scientifique ou artistique.

Certaines de ces personnalités ont œuvré dans plusieurs domaines, comme, par exemple, l’Italien Mazarin, qui fut à la fois un politique et un mécène, l’Américaine Joséphine Baker d’abord connue pour sa carrière artistique avant de s’engager dans la Résistance aux côtés du général de Gaulle, ou le Lituanien Romain Gary, écrivain mais aussi aviateur de la France libre, puis diplomate.
Tous ces gens sont venus en France avec des motivations différentes, certains par choix, d’autres par obligation, mais tous sont finalement restés et devenus de grands personnages.

Parmi les 21 personnalités choisies dans votre ouvrage, on retrouve deux personnalités noires qui sont Joséphine Baker et Félix Eboué. Pourquoi avoir choisi ces deux-là plutôt que d’autres ? Quels rôles ont-ils joué à leur époque ?

Vous oubliez Ismaÿl Urbain, trop méconnu encore, que j’ai découvert en visitant une exposition sur le Saint-Simonisme à la bibliothèque de l’Arsenal, à Paris.
Cet homme naît à Cayenne en 1812, au moment où la petite enclave française voisine du Brésil est occupée par les troupes du colonel Marquez, un Portugais soutenu par la flotte anglaise. Enfant d’un armateur marseillais et d’une mulâtresse libre, Apolline - ainsi baptisée en souvenir de l’officier de marine français venu annoncer en Guyane l’abolition de l’esclavage votée par la Convention en 1794 - Thomas Urbain Apolline vécut douloureusement sa double appartenance raciale, ce qu’on peut imaginer aisément dans le monde colonial d’alors. Les poésies qu’il écrit dans sa jeunesse trahissent son malaise :

Les hommes de couleur ne sont pas blancs. Ils ne sont pas noirs. Ils ne sont pas esclaves. Ils ne sont pas maîtres.” A Paris, où le jeune homme commence une carrière de journaliste, il trouve sa voie en adhérant au Saint-Simonisme, ce mouvement utopiste héritier de la Révolution française et du romantisme. Urbain publie en 1839 avec son ami Gustave d’Eichthal les “Lettres sur la race noire et la race blanche”, où son co-auteur raconte :

Urbain, très jeune encore, arrivait de Cayenne et en rapportait un vif sentiment des souffrances infligées à l’homme de couleur par le préjugé de peau.” Plus tard, Urbain suit les adeptes du mouvement saint-simonien en Egypte où il se convertit à l’islam sous le nom d’Ismaÿl, en épousant une ancienne esclave abyssinienne. Ne reniant pas sa foi chrétienne, Urbain est aussi séduit par la loi musulmane, qui, selon lui, prescrit “aux croyants de traiter leurs esclaves avec humanité”. Sa connaissance de la langue arabe lui permet de devenir le conseiller de Napoléon III sur la question algérienne. C’est lui l’instigateur de la politique du “Royaume arabe” de l’empereur à qui il souffle :

Notre premier devoir est de nous occuper du bonheur des trois millions d’Arabes que le sort des armes a fait passer sous notre domination.” Même si, bien sûr, le propos reste colonialiste, il faut le replacer dans le contexte où il figure, au contraire, comme humaniste et extrêmement moderne. Urbain meurt d’ailleurs pauvre et malade, rejeté des “colonistes” comme on appelle alors les colons et dénoncé par l’archevêque d’Alger, monseigneur Lavigerie, comme “anti-français” et “anti-chrétien”.

La personnalité attachante d’Ismaÿl Urbain m’a semblé particulièrement représentative de la très inconfortable position des “gens de couleur” au XIXème siècle, et j’ai trouvé intéressante la faculté qu’a eue cet homme à transformer son mal-être en énergie positive, en réflexion et en action. Changeant de continent et de religion, il a tenté de reconstruire une société plus juste en terre de France, puisque telle était considérée alors l’Algérie. Le projet fut certes un échec mais la démarche d’Urbain, dont témoignent les écrits, n’en reste pas moins noble.

Le cas de Joséphine Baker est différent. Avant d’entreprendre des recherches pour ce livre, j’avais une vision incomplète de la personnalité de cette femme que je connaissais surtout comme une grande meneuse de revue. C’est en lisant ses mémoires et ses interviews que j’ai découvert la pertinence de sa réflexion sur le racisme et la xénophobie, moteurs de son engagement dans la Résistance, de sa participation à la marche des Droits civiques pour les Noirs en 1963 aux côtés de Martin Luther King et de la composition de sa “famille arc-en-ciel”, ces douze enfants de nationalités et de religions différentes qu’elle a adoptés à la moitié de sa vie. En cela, Joséphine Baker pensait adhérer à la généreuse tradition des Lumières, doctrine de son pays d’adoption.

Arrivée à Paris lors d’une tournée de la “ Revue Nègre ” en 1925, Joséphine s’émerveille, auprès de son “collègue” le clarinettiste Sidney Bechet, déjà venu en Europe lors de la Première guerre mondiale, de l’absence de séparation entre Noirs et Blancs. Tout de suite, elle se dit conquise par la France et ses habitants qui l’acclament, trop heureuse d’échapper à la ségrégation qui règne en Amérique et qu’elle stigmatise ainsi dans ses mémoires :

Une enfance noire, c’est toujours un peu triste”. Même sur les scènes françaises pourtant, il lui faudra des années pour incarner Joséphine de Beauharnais ou Marie Stuart. A la jeune Noire qui ne connaît que les hivers froids de Saint-Louis dans le Missouri, on confie d’abord les rôles de “Fatou l’indigène“ qui descend de son arbre, ceinte de sa ceinture de bananes pour réveiller un explorateur. Au cinéma, elle est “Papitou la Négresse” dans “la Sirène des Tropiques” et la “Zouzou” de Jean Gabin dans l’évocateur “Princesse Tam-Tam” de 1934. Cette même année, Joséphine Baker remercie pourtant Sacha Guitry qui lui fait jouer “la Créole” d’Offenbach : “Il a su que j’étais une comédienne, pas une grenouille de couleur” et n’hésite pas à manier l’humour pour exprimer son exaspération vis-à-vis du monde blanc, incapable de sortir des représentations coloniales :

“On se figure que je sors de la forêt vierge. Je crois que, dans des coins de pays –en Hollande ou ailleurs – on aurait pu m’offrir gentiment du verre pilé… L’instinctif primitif, n’est-ce pas, la folie de la chair, le tumulte des sens, l’animalité en délire… Tout ce qu’on a pu écrire ! C’est quelque chose l’imagination blanche quand il s’agit des Noirs. Et les préjugés sont partout les mêmes. Mais maintenant, Paris, c’est ma forêt vierge.” Française de cœur et d’esprit, elle reste consciente du chemin à faire à sa nation d’adoption pour donner aux Noirs la place qui leur revient lorsqu’elle remarque en 1949 :

“Il y a en France, à Paris, de nombreux artistes de couleur qui sont de très bons artistes et même de très bons Français. Malheureusement, on ne veut pas ou on ne sait pas les employer.” Cette position particulière donne à l’artiste une remarquable prescience de ce qu’est la doctrine nazie, son racisme et sa xénophobie, c’est probablement pourquoi Joséphine Baker, française depuis son mariage avec un Lyonnais en 1937, joue dès 1939 les ambassadrices du général de Gaulle en Afrique du Nord.

Félix Eboué, au sujet duquel je serai moins prolixe car il est l’un des personnages choisis par Dimitri Casali, a eu le même engagement lorsqu’il proclame le ralliement du Tchad à la France libre, le 26 août 1940 depuis la mairie de Fort-Lamy où il est gouverneur. Et je pense même que la vocation coloniale de ce Français des colonies – Félix Eboué est natif de Cayenne –considérée par certains comme un paradoxe, est la preuve de la totale intégration d’une personnalité qui aurait pu avoir des raisons de ne pas se sentir vraiment à sa place au sein de la société française.

Est-ce que les portraits que vous faites de certaines grandes figures ne sont pas trop idéalisés alors que plusieurs lectures pourraient être faites de ces personnages ?

Il ne me semble pas que nos portraits soient idéalisés. Ce qui est certain, c’est que les gens qui laissent une trace dans l’histoire ont tous la caractéristique d’avoir de fortes personnalités et une grande volonté. Tous les bâtards n’ont pas eu l’énergie, ni l’occasion, d’être chef de guerre dans un pays étranger à l’instar du maréchal de Saxe, enfant illégitime du prince électeur Frédéric-Auguste, devenu grand maréchal de France, ni tous les pauvres ne se sont transformés en artistes réputés comme Rachel, petite Bohémienne devenue la grande tragédienne de la Comédie française.

Mais ils sont de bons exemples de destinées réussies, en dépit de démarrages presque toujours difficiles, de parcours chaotiques de personnes ayant toutes les raisons d’être handicapées dans leur existence, parce qu’exposés à la xénophobie, au mépris social ou au racisme, ces parangons de la bêtise humaine.
J’aimerais que ces récits puissent être des “moteurs” pour des gens d’origine étrangère ou Français mais dont la couleur de peau ou le statut social – ou les deux ! – représente une difficulté supplémentaire dans une société qui commence à peine à prendre conscience de sa diversité. Et surtout de la valeur de sa diversité.

Pour cela, l’Education nationale, de l’école primaire à l’université, doit s’ouvrir à l’étude de l’histoire extra-européenne, ce qui n’a pas été assez développé jusqu’ici. Mais je crois qu’elle commence à le faire, comme le secteur culturel qui consacre de plus en plus de livres ou de films au monde entier et tout particulièrement en France, aux anciennes colonies. Encore faut-il pour cela parvenir à sortir des clichés qui sont ancrés dans nos esprits (ex-coloniaux et ex-colonisés), ce qui n’est pas toujours aisé ou volontairement maintenu par une sorte de nostalgie vaine.

Dans la même lignée, quand vous affirmez que « le creuset français a jusque-là bien fonctionné », ne peut-on pas considérer les personnalités de ce livre comme « l’arbre qui cache la forêt » surtout si on met cela en perspective avec la situation des immigrés et descendants d’immigrés aujourd’hui en France ?

Ce livre, je l’espère, ne contribuera pas à cacher la forêt mais plutôt à s’y promener pour y faire des observations et découvrir des clairières et les gens qui peuplent cette forêt. Oui, il me semble que le creuset français a relativement bien fonctionné jusqu’ici. L’Esprit des Lumières, symbole, depuis plus de deux cents ans, de liberté, d’ouverture et de réflexion, a attiré des individus du monde entier, intellectuels ou pas, qui ont choisi de venir en France contraints ou pas, mais toujours heureux d’arriver dans ce “havre de paix” et de reconstruction.

La France est régie par le droit du sol et non du sang et déjà, en 1515, un décret du Parlement de Paris annonce que «  Tout enfant né sur le sol de France de parents étrangers est considéré comme français .” L’Etat français, hormis l’épouvantable période collaborationniste de l’Occupation, qui n’a pas hésité à livrer des Juifs et des étrangers aux nazis allemands, s’est toujours fait un devoir d’accueillir sur son sol les réprouvés, les pourchassés. Cela va des aristocrates italiens du XVIème siècle fuyant les guerres des ligues, en passant par les Ecossais exilés face à l’oppression des Protestants jusqu’aux Arméniens rescapés du génocide de 1915. Toutefois, entre la volonté des gouvernements et la réaction des populations, l’écart a souvent été grand.

Car le mauvais côté de l’homme, avec son éternelle peur de l’autre, aboutit trop souvent à des situations indignes. Polonais, Belges et Italiens, arrivés dans le grand mouvement de la révolution industrielle, ont tous connu la haine xénophobe allant parfois jusqu’au meurtre. Certes, la lenteur avec laquelle “les minorités visibles” sont réellement intégrées dans la société et sa représentation est affligeante mais on peut espérer être sur le bon chemin, tant au niveau politique que culturel.

Quand je vois l’enthousiasme, vis-à-vis de la France, des immigrés du monde entier avec lesquels je suis amenée à travailler dans le cadre de l’Atelier de Formation de Base d’Emmäus à Paris - qui aide des étrangers à apprendre le français - je me dis que ce pays doit rester soucieux de retrouver cette ligne généreuse qui l’a souvent conduit. Et je n’ai malheureusement pas l’impression que l’actuel gouvernement s’en inspire, plutôt enclin à suivre les sirènes du rejet de l’autre par sa politique anti-immigration, sa poursuite des sans-papiers mais aussi sa manière de continuer à stigmatiser et tenir à l’écart des populations pauvres parquées à la périphérie des villes et de la société privilégiée.

Alors, je m’interroge et espère ne pas être seulement guidée par l’utopie...
Mais je ne le crois pas, car la France de demain est forcément composée par tous, gens du “vieux creuset” et nouveaux arrivants, et par une volonté déterminée de continuer à construire un projet ensemble. L’identité nationale n’est pas une idée figée mais une recomposition permanente. « La patrie, c’est là où on est aimé” écrivait Lermontov. Tous les personnages du livre l’auraient certainement approuvé pour la France, leur patrie d’adoption.

Lectures complémentaires :

- “Les mémoires de Joséphine Baker” recueillis par Marcel Sauvage, avec 29 dessins de Paul Colin, Paris, éditions Dilecta, 2006.
- “Joséphine Baker, le regard d’un fils”, Brian B. Baker et Gilles Trichard, éditions Patrick Rolin, Paris, 2006.
- “Ismayl Urbain, une autre conquête de l’Algérie”, Michel Levallois, Maisonneuve & Larose, Paris, 2001.
- “Les écrits autobiographiques d’Ismaÿl Urbain, homme de couleur, saint-simonien et musulman (1812-1884)”, Maisonneuve & Larose, Paris, 2004.
- “Félix Eboué”, Elie Castor et Raymond Tarcy, Félix Eboué, l’Harmattan, Paris, 1984.


lire aussi sur www.sudonline.sn (13 février 2009) : CES NOIRS QUI ONT FAIT LA FRANCE : Du chevalier de Saint-Georges à Aimé Césaire , par Amady Aly Dieng





Lettre d'info

Recevez 2 fois par mois
dans votre boîte email les
nouveautés de SENEMAG




© 2008 Sénémag      Haut de page     Accueil du site    Plan du site    admin    Site réalisé avec SPIP      contact      version texte       syndiquer