le magazine du Sénégal dans le monde

3 DECES SUR 101 CAS DE MALADES DU CHOLERA A KAOLACK

Le ministère de la Santé sonne l’alerte

  Enregistrer au format PDF  envoyer l'article par mail title=    Date de publication : mardi 12 août 2008
choléra   hygiène  
L’épidémie du choléra est véritablement en passe de se propager en grande vitesse dans la capitale du Saloum. En l’espace de trois semaines seulement, 101 malades atteints du vibrion cholérique dont trois cas de décès ont été enregistrés dans la ville. Et face à la grande psychose qui s’est installée dans la ville, une mission du ministère de la santé en visite dans la ville, a sonné l’alerte avant d’inviter les différents acteurs à la mobilisation en vue d’éradiquer la « maladie des mains sales ».

Lobservateur : Lundi 11 Août 2008
La propagation de la maladie du choléra est devenue de plus en plus inquiétante dans la ville de Kaolack.
Loin de ce qui se passe dans la ville sainte de Touba, cette maladie dite celle des mains sales, est entrain de faire des victimes à Kaolack. Et selon les autorités sanitaires de la région, cette contagion rapide et alarmante de la maladie est déjà à l’origine de trois décès parmi les 101 patients atteints du vibrion cholérique, et cela seulement dans les trois dernières semaines.

Du coup, les mauvaises conditions d’hygiène, le manque d’assainissement et l’insalubrité relevée dans la ville, sont pointés du doigt. Conscientes des menaces et du danger de cette maladie bactérienne surtout en cette période d’hivernage, les autorités du ministère de la santé en mission dans la ville ont invité les populations à un changement de comportements.
D’ailleurs après avoir visité les trois structures sanitaires où sont hospitalisés les malades, la délégation ministérielle a sonné l’alerte avant d’appeler les différents ministères, collectivités et populations concernées à travailler en synergie afin d’éradiquer définitivement la maladie dans la zone de Kaolack. Car selon le médecin colonel Moussa Dieng Sarr : «  Le ministère de la Santé ne peut à lui seul éradiquer le choléra à Kaolack, surtout que la salinité de la zone et l’insalubrité notoire de certains quartiers favorisent considérablement le développement de la maladie ». Et tout en rassurant les populations, le médecin colonel Moussa Dieng Sarr a annoncé d’importantes mesures visant à prévenir et à traiter la maladie, dont des campagnes de sensibilisation, de désinfections domiciliaires et de prises en charge gratuites des malades.




Lettre d'info

Recevez 2 fois par mois
dans votre boîte email les
nouveautés de SENEMAG




© 2008 Sénémag      Haut de page     Accueil du site    Plan du site    admin    Site réalisé avec SPIP      contact      version texte       syndiquer