le magazine du Sénégal dans le monde

AL’LÈÈSSI... Une actrice africaine

Sortie nationale (France) le 17 novembre. Avant-première le 15 Novembre, au cinéma LA CLEF à Paris.

  Enregistrer au format PDF  envoyer l'article par mail title=    Date de publication : lundi 15 novembre 2010
En hommage aux pionniers du cinéma africain
Le Niger est le premier pays africain (en dehors de l’Égypte) à créer une industrie cinématographique.
Mustapha Alassan et Oumarou Ganda sont les premiers cinéastes et Zalika Souley, la première femme à accepter de jouer dans les films. Leurs premières œuvres ressemblent forcément aux films qui arrivent en force en Afrique : westerns, peplums, hommes macho, femmes fatales... Ils s’identifient à une culture Occidentale et Blanche.

Cocasse, drôle et tragique, plusieurs fois primé, Al’lèèssi... raconte, en une journée ordinaire, l’épopée des pionniers du cinéma africain.
L’ œuvre a gravi les marches des plus prestigieux festivals du monde : c’est non seulement une belle œuvre d’art, mais il est également riche d’enseignement sur la période de gloire du 7è art au Niger.
Al’lèèssi… (un destin, en Sonrhay) est devenu un des outils incontournables à la connaissance de l’histoire du cinéma.
Rahmatou Keïta
Auteur - réalisateur – journaliste et écrivain

Sahélienne, Rahmatou KEITA est née au Niger. Elle est peulh, sonrhay et mandingue. Descendante de la plus ancienne dynastie du Sahel, celle de l’empereur Soundjata Keïta, Elle aime à dire qu’elle est l’essence même du Sahel.

Après des études de philo et de linguistique à Paris, la belle nigérienne se voyait chercheur, universitaire, mais le destin en décidera autrement.

Avant d’arriver au cinéma, elle se fait connaître comme présentateur d’émissions, chroniqueur et reporter à la télévision.

Première femme journaliste, issue de la minorité visible à paraître sur les écrans de télévision français, elle est également la première à recevoir un 7 d’or, avec l’équipe du magazine d’information de France 2 : l’ Assiette Anglaise .

Sa carrière de réalisatrice commence en 1993, quand elle décide de passer à ses passions : l’écriture et le cinéma.

Auteur de courts-métrages et de «  Femmes d’Afriques  », une série de 26 émissions de 26 minutes, elle crée, avec des amies, Sonrhay Empire Productions , « pour produire des films hors des sentiers battus ».

Elle devient une des femmes les plus en vue du cinéma africain, avec son premier long-métrage, Al’lèèssi... une actrice africaine , premier documentaire africain en sélection officielle au festival de Cannes. Plusieurs fois primé : meilleur documentaire à Montréal et au FIFAI, prix du public à Genève, African Achievement Award… l’auteur - réalisateur a été la lauréate du Sojourner Truth Award, au festival de Cannes, lors de la sélection officielle de son film, en 2005.

Militante engagée pour l’Afrique, Rahmatou Keïta a été membre fondatrice de l’Association panafricaine de culture (ASPAC).
Elle a été au premier chef dans la constitution du collectif anti-APE qui, le 11 Janvier 2008 a réuni des milliers de manifestants à Bruxelles pour protester contre les nouveaux accords de partenariat économique entre l’Europe et l’Afrique.

Elle est l’auteur de SDF , sans domicile fixe (Lattès 1993), un livre sur les sans – abri en France.

Femme de cœur , humaniste, elle s’inscrit aussi dans la dynamique du dialogue entre les cultures et les civilisations.

Actuellement, Rahmatou Keïta travaille sur j’ai fait le rêve , un documentaire qui raconte le retour à la démocratie au Niger après une période tragique de son histoire et Wanna Kumal (la bague de mariage) un long-métrage de fiction, sélectionné au PANAF 2009, pour une co-production algérienne.


Quand j’étais petite, à Niamey, le cinéma était magique.
À Lakuruusu, dans mon quartier, la Reine de Saba et Cléopâtre qu’on croyait africaines avaient subitement pris des traits de femmes Blanches, à travers ceux de Gina Lollobrigida et de Liz Taylor. À voir les affiches des films, on avait tout faux… Nous ne connaissions absolument rien a notre histoire, avant que le cinéma arrive chez nous. Certains soirs, on frisait l’émeute parce que Ramsès II alias Yull Brynner ressuscitait dans les 7 Samouraï ou Charlton Heston qu’on avait vu la veille, en Moïse, était devenu El Cid ...
Il faut dire qu’à cette époque, le cinéma était une affaire de Blancs. Et ces Blancs-là avaient quelque chose de divin.
L’image avait une telle force que pas une seconde, nous ne mettions en doute ce que nous voyions sur l’écran.
Jusqu’au jour où apparurent nos acteurs à nous.
Les hommes n’étaient pas de ces héros hollywoodiens auxquels nous étions habitués.
Les femmes n’étaient ni des vamps, ni des stars.
Ils étaient normaux. Ils avaient une couleur normale. Un physique normal…
Des être humains, en somme.
Ça a été un choc pour tout le monde.

Rahmatou KEITA


Filmographie de RAHMATOU KEITA

- 2009 : I had this dream… (J’ai fait le rêve) documentaire - 70 minutes - on postproduction. (Sonrhay empire productions).

- 2004 : Al’lèèssi… an African actress (Al’lèèssi… une actrice africaine) – documentaire 69 minutes - Film 35mm / Beta SP (Sonrhay Empire Productions)

- 2001 : All about psychanalysts (Les États Généraux de la Psychanalyse) – documentaire- (Société de l’Histoire de la Psychanalyse - France)

- 2000 : A school day at Gustave Doré (Une journée à l’école Gustave Doré) – documentaire 12 minutes - (Sonrhay Empire Productions)

- 1999 : Just because of a shot ! ( Le nerf de la douleur) – documentaire 26 minutes - (Sonrhay Empire Productions / ORTN - Niger)

- 1990 : Djassaree – documentaire 13 minutes – (ORTN - Niger)


lire aussi sur www.afrik.com (16 mai 2010) : Rahmatou Keïta : « On fait des films qui sont vus partout dans le monde, sauf chez nous » - Interview de la réalisatrice nigérienne, par Falila Gbadamassi



BANDE ANNONCE : AL’LÈÈSSI... une actrice africaine




Lettre d'info

Recevez 2 fois par mois
dans votre boîte email les
nouveautés de SENEMAG




© 2008 Sénémag      Haut de page     Accueil du site    Plan du site    admin    Site réalisé avec SPIP      contact      version texte       syndiquer