le magazine du Sénégal dans le monde

Portrait Souleymane Diamanka, slameur franco-sénégalais : Le peulh de l’Universal

  Enregistrer au format PDF  envoyer l'article par mail title=    Date de publication : mercredi 22 décembre 2010
Dans le milieu du slam français, Souleymane Diamanka, dit ‘Douao jaabi janaba’ ou le ‘vœu exaucé de Janaba’, fait partie des maîtres incontestés. Pourtant il n’a sorti que son premier album : L’hiver peulh, paru chez Universal en 2007.

source : www.walf.sn - 22 décembre 2010

Dans sa loge d’artiste, Souleymane Diamanka discute avec ses parents. Son père Boubacar et Dieynaba Baldé sa mère sont venus le voir se produire pour la première sur scène à Dakar, à l’occasion du festival mondial des arts nègres. Le slameur en est tout ému. Il répond à toutes les interpellations, jetant des regards furtifs à ses interlocuteurs. Ce traduit sa timidité lorsqu’il n’est pas sur scène.

Sans les bijoux suspendus à ses oreilles, rien dans le physique et l’accoutrement de Diamanka ne renseigne sur sa profession. De taille moyenne, la tête rasée, et habillé en jeans bleu, le slameur franco-sénégalais ne paie pas de mine. Et ne joue pas les stars. Pourtant à 36 ans, ce natif de la Gueule Tapée, à Dakar, qui, à deux ans, a rejoint son père à Bordeaux où il a grandi, est dans le monde du slam un des maîtres incontestés, du moins en France son pays d’adoption. L’hiver peulh , son premier album sorti en 2007 chez Universal a connu un franc succès et l’a fait découvrir au-delà des frontières de l’Hexagone. ‘Je n’ai fait qu’un seul album. C’est le début d’une carrière, mais avant j’avais tout un background’, dit-il modestement. L’album est suivi de la publication d’un recueil de poèmes co-écrits avec son ami, le polonais John Bonzaï titré : ‘J’écris en français dans une langue étrangère’.

Souleymane Diamanka, dont la maman rappelle qu’il n’a jamais redoublé à l’école, est très tôt tombé amoureux des mots de la langue française comme un certain Léopold Sédar Senghor, qui avouait qu’il ‘mangeait les mots de la langue française comme de la confiture’. Encouragé vers la poésie par son instituteur qui trouve qu’il ‘ parle comme un livre’, le garçon s’essaie à la musique de son temps : le rap avant d’embrasser définitivement le slam, cette nouvelle forme de poésie musicale urbaine. Alors commence un long bail avec les mots. Certains le prennent comme un ‘magicien des mots’, mais lui se considère comme ‘le meilleur ami des mots’ et ‘un tailleur des mots’. L’artiste aime souvent rappeler que ses parents sont sa ‘‘plus grande source d’inspiration’.

Son père Boubacar Diamanka, dit Kantalombi, n’est pas peu fier de l’éducation qu’il a donnée à ses enfants : ‘J’ai éduqué mes enfants dans l’amour de soi et de leur culture d’origine. J’ai duré en France, mais pour autant je n’ai jamais oublié ma culture d’origine. Parce que lorsque je quittais mon village de Samékanta dans la région de Kolda, je n’avais que 23 ans. Malgré mon long séjour en France, notamment à Bordeaux, j’ai toujours tenu à ce que mes enfants gardent intacte leur culture peulh. Je me suis investi en leur apprenant d’abord la langue peulh. Ensuite, je leur ai inculqué certaines valeurs qui me semblent fondamentales, comme au bon vieux temps de nos aïeux’.

La mère Dieynaba Baldé, ne dit pas autre chose. ‘Mon mari a beaucoup contribué à l’éducation de Souleymane et de ses frères et sœurs. Pour leur apprendre la langue et la culture peulh, il a recueilli et enregistré des chansons, des conversations et des récits historiques à chacun de ses voyages au village. C’est dans cet univers que Souleymane a baigné et c’est le matériau de sa culture dont il se sert aujourd’hui pour assouvir sa passion de la poésie’, dit-elle.

Moustapha Sow, journaliste, originaire du même village que Souleymane Diamanka, témoigne : ‘Souleymane et son père ont toujours gardé un lien très fort avec le terroir et la famille restée à Samékanta. C’est cela qui m’a marqué. S’il est arrivé à ce niveau dans son art, c’est grâce à l’éducation qu’il a reçue.’

Mamadou SARR


visiter le myspace de Souleymane Diamanka : www.myspace.com/souleymanediamanka

lire aussi sur www.rfimusique.com (15/05/2007) : Souleymane Diamanka - Les exquis mots d’un gosse peul, par Nicolas Dambre

eti sur www.evene.fr (Juin 2007) : Poète peul amoureux - interview de Souleymane Diamanka, Propos recueillis par Monia Zergane





Lettre d'info

Recevez 2 fois par mois
dans votre boîte email les
nouveautés de SENEMAG




© 2008 Sénémag      Haut de page     Accueil du site    Plan du site    admin    Site réalisé avec SPIP      contact      version texte       syndiquer