le magazine du Sénégal dans le monde

Spoliation des terres des paysans africains : La faim justifie les moyens

  Enregistrer au format PDF  envoyer l'article par mail title=    Date de publication : mardi 1er février 2011
(Correspondance) - A l’occasion de la foire aux semences organisée à Fandène, une communauté rurale du département de Thiès, les organisations paysannes se sont penchées sur la question relative à l’accaparement des terres et, par voie de conséquence, l’avenir de l’agriculture familiale. Un nouveau phénomène qui est survenu, selon Sidy Bâ d’Enda Pronat, avec la crise alimentaire mondiale de 2008. C’est à partir de cette date, dit-il, que de grands pays, sur orientation de la Banque mondiale, se sont dit qu’il faut aller vers l’Afrique où il y a encore de grands espaces incultes qu’ils peuvent valoriser pour pouvoir produire plus afin d’arriver à nourrir l’Humanité.

source : www.walf.sn - 1 février 2011

C’est ainsi qu’on a commencé à assister à une ruée vers l’Afrique. Ainsi s’explique, selon lui, la visée que les Saoudiens ont sur la vallée du fleuve Sénégal afin de produire beaucoup de riz pour leur pays. S’y ajoute, poursuit-il, depuis l’avènement de la Goana , la ruée de grands cadres de l’Etat qui n’ont jamais connu l’agriculture qui viennent disputer les terres aux producteurs.

La conséquence en étant qu’avec les moyens dont ils disposent, les agriculteurs se verront très bientôt spoliés de leurs terres.

Or, un paysan sans terre est un homme dont la mort est imminente. Quid de la spéculation foncière qui permet à de gros pontes de l’Etat d’accaparer les terres pour simplement transformer les paysans en ouvriers agricoles sur leurs propres terres ? Tout un ensemble de difficultés, entre autres, autour desquelles les organisations paysannes et leurs partenaires de la société civile ont eu à discuter afin de trouver des solutions idoines et aptes à protéger le monde paysan sénégalais. Ce, sous l’égide de la Coalition pour la protection du patrimoine génétique en Afrique ( Copagen ) qui vient encore de sonner l’alerte face aux dangers qui menacent les exploitations agricoles familiales. Une rencontre paysanne qui a regroupé, pendant une journée, des délégations d’organisations paysannes spécialistes en production de semences comme l’Union des groupements paysans de Mékhé, l’Entente de Diouloulou, entre autres, autour de la problématique de l’introduction des Ogm et de l’accaparement des terres arables du Sénégal au détriment du monde paysan.

L’introduction des Organismes génétiquement modifiés ( Ogm ) dans l’agriculture sénégalaise, si l’on n’y prend garde, sera, de l’avis de Sidy Bâ d’ Enda Pronat et membre de la Copagen , préjudiciable aux cultivateurs qui se verront ainsi réduits à des paysans sans terre dans un état de dépendance quasi-totale. ‘L’utilisation des Ogm dans notre agriculture est de nature à briser l’élan que les organisations paysannes et la société civile ont pour la préservation et la conservation des semences que nous avions et que nous cultivions depuis la nuit des temps et qui nous donnent entière satisfaction du point de vue rendement, goût et qualité’.

Or, poursuit-il, avec les tonnes de semences qu’on est en train de placer au niveau paysan dans le cadre des grandes offensives, il y a beaucoup de choses à dire et à craindre. Surtout quand on sait que les grandes firmes agricoles spécialisées dans les semences génétiquement modifiées sont très puissantes. Pour dire, selon lui, toute la vigilance qui doit être de mise pour la sauvegarde du patrimoine génétique semencier.

Car si on laisse les multinationales faire, c’est toute notre vie, toute notre souveraineté et la vie des générations futures que l’on met en jeu.

S’il faut en arriver à se référer aux Etats-Unis, à l’Argentine pour acheter des semences, c’est simplement des difficultés énormes en perspective pour l’agriculture sénégalaise’, dit-il.

De façon plus explicite, Sidy Bâ fera savoir qu’avec ces semences génétiquement modifiées, il faut de gros moyens pour la mise en valeur qui nécessite beaucoup d’engrais, de pesticides.

Des intrants que ces multinationales produisent en grandes quantités et dont ils veulent, par le biais des Ogm, créer des marchés où l’écouler. Pis, poursuit Sidy Bâ, la mise en valeur de ces semences va exiger l’utilisation de très grandes quantités d’eau.

Beaucoup plus que le Sénégal. Une sérieuse difficulté donc en perspective si l’on sait que le 21ème siècle est annoncé comme celui du cycle de l’eau et des changements climatiques. Par conséquent, il estime que même s’il est malheureusement évident que les Ogm sont aujourd’hui présents dans nos plats par le biais du maïs importé, de l’huile de soja et même du riz, il urge de faire en sorte qu’ils ne le soient pas dans notre agriculture. Aussi invite-t-il les autorités étatiques à un respect scrupuleux de la loi sur la biosécurité dont l’Etat sénégalais s’est dotée.

Sidy DIENG


visiter le site d’ Enda Pronat : www.endapronat.org

lire aussi sur www.pambazuka.org (2010-12-12) :Sénégal : Les capacités des exploitations familiales à nourrir les populations

sur ipsinternational.org (15 nov 2010) :Des groupes financiers prennent toujours les terres agricoles , par Souleymane Faye

et sur www.pambazuka.org (2011-06-06) :La marchandisation de l’eau et de la terre au Mali , par Sékou Diarra



2 Dans les messages du forum

  • Terres préemptées, néo-colonialisme renforcé

    Après la fin de l’esclavage, au temps des colonies, toutes les richesses exportables des pays soumis par la force des armes étaient accaparées par l’envahisseur européen. Quand tous les pays de la planète sont devenus officiellement indépendants, la finance a remplacé progressivement les armées d’occupation et pris le contrôle des économies du Sud. En 2010, 50 ans après la fin du colonialisme, alors que les indépendances africaines viennent d’être fêtées à Nice fin mai, le pillage des ressources des pays en développement (PED) n’a jamais été aussi intense. L’accaparement des terres, par lequel des États et des investisseurs privés louent ou achètent des dizaines de millions d’hectares de terres agricoles en Asie, Afrique et Amérique latine pour produire de la nourriture ou des agro-combustibles, renforce le pouvoir néocolonial sur les PED. Après avoir appauvri les peuples du Sud par une mainmise sur l’exploitation de leurs richesses, la finance internationale s’attaque maintenant à l’appropriation directe de leurs territoires. ..................

    Voir en ligne : Terres préemptées, néo-colonialisme renforcé

    repondre Répondre à ce commentaire

  • L’utilisation des semences Ogm (Organismes génétiquement modifiés) dans l’agriculture sénégalaise risque de soulever une vague de contestations chez les producteurs qui le jugent prématurée. Malgré les avantages en terme de rentabilité qui leur ont été exposés, le scepticisme des producteurs est manifeste.

    « Nous ne sommes pas encore prêts pour l’utilisation de semences Ogm ». C’est la conviction du Président du Cadre de concertation des producteurs d’arachide (Ccpa). Interrogé hier, jeudi 5 mai, en marge de la conférence sur le thème : « Enjeux de l’utilisation des semences Ogm dans l’agriculture », M. El Hadji Ibrahima Niass, pour conforter sa position, a relevé que « les semences Ogm coûtent trois plus cher que les semences naturelles ». Ce qui, à son avis, montre que le producteur sénégalais n’a pas la bourse pour l’acheter. «  Pour nous, il n’est pas question que l’on utilise les semences Ogm parce qu’on a vu que toute la compétition pour leur utilisation nous amène à des résultats catastrophiques comme la vache, la grippe aviaire que les pays occidentaux peuvent gérer et pas nous » .........

    Voir en ligne : UTILISATION DES SEMENCES OGM AU SENEGAL : Le scepticisme des producteurs

    repondre Répondre à ce commentaire



Lettre d'info

Recevez 2 fois par mois
dans votre boîte email les
nouveautés de SENEMAG




© 2008 Sénémag      Haut de page     Accueil du site    Plan du site    admin    Site réalisé avec SPIP      contact      version texte       syndiquer