le magazine du Sénégal dans le monde

Sénégal : Thèse d’état en énergie solaire

  Enregistrer au format PDF  envoyer l'article par mail title=    Date de publication : samedi 4 février 2012
Awa Ly Diallo est maître-assistante à l’Université de Thiès et membre du laboratoire des semi-conducteurs et énergie solaire de la faculté des sciences de l’Université Cheikh Anta Diop. Elle est la première femme docteur d’Etat en énergie solaire. Elle a soutenu, ce week-end, une thèse sur l’énergie solaire.

source : www.mediaterre.org - 31/01/12

Après avoir été la première femme à soutenir une thèse de troisième cycle en énergie solaire, Awa Ly Diallo, présentement maître-assistante en physique à l’Université de Thiès, a soutenu son doctorat d’Etat, hier, avec à la clef la mention ’Très honorable’. Cette thèse qui vient de sanctionner plusieurs années de recherche du Dr Awa Ly Diallo, a porté sur " La caractérisation d’une photopile à jonction verticale dynamique, fréquentielle et régime statique ".

Avec méthode et pédagogie, avec des courbes et des chiffres à l’appui, elle a expliqué au jury, présidé par le Pr Grégoire Cissokho - qui en est également le directeur - et composé des Professeurs El hadji Warème du Burkina Faso, Mamadou Sarr, Babacar Mbow et Moustapha Dieng de l’Ucad pourquoi et comment ’les photopiles à jonction verticale ont un rendement plus important de 15 à 20 %’, par rapport aux autres. D’après l’impétrante, l’originalité de la thèse réside dans le fait qu’avec ’ces types de photopiles, on n’a pas besoin de matériaux de haute qualité’ et elles ont ’un rendement meilleur’. D’ailleurs, elle les appelle ’les photopiles d’avenir’.

Dr Awa Ly Diallo est d’avis que, dans un pays comme le Sénégal qui dispose de soleil en permanence, l’implantation d’un grand réseau d’énergie solaire est possible, surtout que le silicium qui permet de fabriquer ces photopiles existe chez nous. Reste que, d’après elle, ’si l’énergie solaire n’est pas beaucoup utilisée, c’est parce que le matériel pour le fabriquer est importé et il coûte très cher’. Mais, elle ne désespère pas que, dans quelques années, avec l’aide de l’Etat, une usine de fabrication en énergie solaire verra le jour au Sénégal.

Celle qui se prépare au grade de maître de conférence du Cames pour cette année s’est engagée à poursuivre ses travaux entamés depuis de longues années sur l’énergie solaire. Elle est l’auteur de plusieurs articles dont certains ont été présentés, l’année dernière, à la Conférence européenne sur l’énergie solaire à Valences, en Espagne. Dans trois semaines, les chapitres 2, 3 et 4 de sa thèse seront présentés au cours d’une conférence, au Cameroun.

Mme Diallo n’a pas manqué d’encourager les filles à poursuivre leurs études jusqu’au doctorat comme elle l’a fait, malgré son statut d’épouse et de mère de famille. Satisfaits des résultats ’très intéressants’ auxquels elle a abouti, les membres du jury l’ont encouragée à poursuivre dans cette voie, mais surtout à faire œuvre de pionnière pour servir d’exemple aux filles.


lire aussi sur www.lesoleil.sn (02 Février 2012) : Energie solaire : Mme Awa Ly Diallo soutient une thèse d’Etat avec brio, par A. M. NDAW





Lettre d'info

Recevez 2 fois par mois
dans votre boîte email les
nouveautés de SENEMAG




© 2008 Sénémag      Haut de page     Accueil du site    Plan du site    admin    Site réalisé avec SPIP      contact      version texte       syndiquer