le magazine du Sénégal dans le monde

Les biotechnologies comme moteur de développement : L’Ucad propose un Master dans le domaine

  Enregistrer au format PDF  envoyer l'article par mail title=    Date de publication : jeudi 9 octobre 2008
OGM   UCAD  
Les biotechnologies peuvent booster l’économie africaine, réduire la dépendance alimentaire du continent et garantir la sécurité alimentaire. C’est fort de ce constat que la Faculté des sciences et techniques de l’Ucad a mis en place un Master dans ce domaine visant à doter l’Afrique de scientifiques dans ce secteur « émergent ». Ce master sera restructuré au cours d’un atelier qui se tient à Dakar du 8 au 16 octobre. Les participants venus d’autres pays de la sous région seront initiés à la formation ouverte à distance.

source : African Global News - jeudi 9 Oct 2008 (via seneweb)

L’Ucad classée parmi les meilleures universités africaines ne compte pas s’en arrêter là. L’institution créée en 1958 par la France veut aller plus loin. Ainsi, dans le cadre de la mise œuvre du système LMD, le département de biotechnologie végétale compte internationaliser son master. A cet effet, un atelier est ouvert ce mercredi se tiendra jusqu’au 16 octobre dans le but de fléchir non seulement sur la structuration de ce master mais aussi sur la formation ouverte à distance ( FOAD ). A cet atelier, prennent part d’autres universités partenaires de l’Ucad telles que l’Université d’Abomey Calavi du Bénin, de Ouagadougou au Burkina Faso, de Bamako au Mali, de Nouakchott en Mauritanie et de Cocody en Côte d’Ivoire. Le thème de cet atelier est : «  Master en biotechnologies végétales et microbiennes : atelier de restructuration du Master 2 et initiation à la formation à distance  ».

Il faut noter que d’autres ateliers ont été organisés antérieurement sur ce master et aussi sur la réforme LMD, en général. Selon Kandioura Noba, chef du département de biotechnologie végétale, cet atelier qui vient de s’ouvrir cette semaine, va « permettre de comprendre et de s’initier aux principes et aux méthodes de la formation à distance et de voir les possibilités d’utilisation des technologies de l’information dans le cadre de la mise en œuvre de ce master ». Le département de biotechnologie végétale et microbienne de la Faculté des sciences et techniques va partager les travaux déjà effectués dans la mise en place de ce Master avec ses partenaires de la sous région afin de l’améliorer et surtout de l’internationaliser. « Le master en biotechnologie végétale et microbienne propose une formation orientée vers l’acquisition des avancées conceptuelles et technologiques les plus récentes. La formation proposée aura surtout l’avantage de reposer sur les innovations technologiques et les savoir faire locaux jusque là inexploité, le développement des ressources humaines en biotechnologie afin de doter les pays africains de scientifiques, d’ingénieurs, des chercheurs dans tous les domaines d’intérêts pour leur développement en fonction des ressources ou potentialités agricoles, agroalimentaires, environnementales ou naturelles », a expliqué pour sa part le Pr. Ibrahima Ndoye, responsable des Masters du département de biotechnologie. Le Pr. Ndoye souligne, par ailleurs que l’objectif principal de ce master est de former des cadres spécialisés, opérationnels avec une très bonne maîtrise des outils technologiques, en technologies appliquées aux plantes et aux micro-organismes d’intérêts agricole alimentaire, en gestion des ressources naturelles capable de concevoir et de développer des normes sécuritaires liées à l’utilisation des OGM dans une perspective de développement durable.

Aussi, le Pr. Ndoye insiste t-il sur le fait que le grand défi auquel doit répondre les biotechnologies, c’est réduction de la dépendance alimentaire en développant l’agriculture productive et durable tout en conservant les ressources génétiques. Et pour cela, il faudra selon lui, dès lors, garantir une production de qualité et en quantité suffisante tout en prenant des mesures conservatoires pour limiter des impacts négatifs sur la santé et l’environnement sur l’ensemble du continent africain. Le Pr. Noba rappelé que le groupe de biotechnologie constitue la proportion la plus importante de son département puisque représentant environ 40% des effectifs des enseignants chercheurs répartis dans trois laboratoires du département. Actuellement le département abrite 4 Masters dont celui des biotechnologies. « Les biotechnologies constituent de nos jours, un secteur émergent qui tend à révolutionner plusieurs aspects de l’économie dont les productions issus de l’agriculture et de l’industrie agricole et alimentaire. Leur utilisation qui dépend d’une bonne part de leur maîtrise est encore très faible dans nos pays en développement comme le sénégal où le potentiel des biotechnologies n’est pas pleinement exploité », argumente le Pr Ndoye. De son avis, non seulement, elles constituent une opportunité de développement, mais aussi permettent d’assurer la sécurité alimentaire. Le recteur a d’ailleurs annoncé avoir rencontré le ministre de l’agriculture pour un transfert de technologie des vitroplants qui permettent de produire en grande quantité du manioc, de la pomme de terre etc. Il a en outre, révélé que l’Ucad est prête à donner sa maquette de master réalisée à l’aide des universités du Nord à n’importe quelle université africaine le désire. Il souhaite que soit formée une véritable communauté scientifique en biotechnologie en Afrique. Mais surtout produire les cours qui répondent aux standards internationaux et les mettre en ligne. Ce qui ne devrait pas exclure l’enseignement présentiel.

Auteur : Frédéric ATAYODI


lire aussi sur www.panapress.com (09/07/2007) : Une introduction massive des OGM en Afrique de l’Ouest redoutée

et sur www.kokopelli.asso.fr : Quelles semences pour nourrir les peuples ?, par Dominique Guillet





Lettre d'info

Recevez 2 fois par mois
dans votre boîte email les
nouveautés de SENEMAG




© 2008 Sénémag      Haut de page     Accueil du site    Plan du site    admin    Site réalisé avec SPIP      contact      version texte       syndiquer